David Berliner
Perdre sa culture
160 p. ISBN 978 293 0601 35 9. 15 euros.

A paraître le 12 septembre 2018

 

« On perd notre culture », « On a abandonné nos coutumes », « Les traditions se perdent », « Tout fout le camp »… La perte se décline aujourd’hui sous toutes ses formes. Perdre sa culture, son identité ou ses racines, et son corollaire (le besoin de transmission), sont des figures largement mobilisées de par le monde. Cet ouvrage explore les nostalgies patrimoniales contemporaines en révélant les formes diverses que peut prendre le diagnostic de la perte culturelle. L’anthropologie nous enseigne qu’il existe des façons différentes de penser la disparition, la mémoire et le patrimoine, et invite à réfléchir sur la durabilité des groupes humains face aux ruptures de l’histoire. 

 

Table des matières

Introduction
Chapitre 1. Transmission impossible en Afrique de l’Ouest
Chapitre 2. L’Unesco ou la nostalgie bureaucratique
Chapitre 3. Vers la fin des sociétés ?
Chapitre 4. L’anthropologue plastique

Conclusion
Notes
Bibliographie
Remerciements
Index

 

David Berliner est anthropologue, professeur à l’Université libre de Bruxelles. Entre 2011 et 2015, il a été co-éditeur de la revue Social Anthropology/Anthropologie Sociale. Ses thèmes privilégiés de recherche sont la mémoire sociale, le patrimoine et la transmission culturelle. Il est l’auteur de Mémoires Religieuses Baga (Somogy, 2013-2016) et de World Heritage on the Ground. Ethnographical Perspectives (avec Christoph Brumann, Berghahn Books, 2016).

 

Événement

 

Mardi 27 novembre
Musée juif de Belgique, Bruxelles – 12h30

Perdre sa culture. Réflexions anthropologiques, par David Berliner, auteur de Perdre sa culture

 

La perte se décline aujourd’hui sous toutes les formes. Perdre sa culture, son identité, ses traditions ou ses racines, et son corollaire — le besoin de transmettre — sont des figures mobilisées par de nombreux individus et collectifs à travers le monde. Irréversibilité du temps et lamento sur la disparition, ce que l’on a perdu soi-même ou pas. Dans cet exposé, j’invite à réfléchir sur ces nostalgies patrimoniales contemporaines, en révélant les formes diverses que peut prendre le diagnostic de la perte culturelle. Alors que se multiplient partout sur le globe les revendications à la préservation, l’anthropologie nous enseigne qu’il existe des façons différentes de penser la disparition, la mémoire, la transmission et le patrimoine.